Publié le
6/9/2023

Kevin T. Norman : de serveur licencié à créateur de contenu LGBTQ+ émérite sur TikTok et Instagram

Passionné de livres et militant LGBTQ+, Kevin T. Norman (@kevintnorman) a commencé à créer du contenu pour TikTok pendant la pandémie, lorsqu'il a été licencié de son emploi de serveur et qu'il a soudain eu beaucoup de temps libre. Depuis, sa communauté s'est agrandie pour atteindre 240 000 adeptes et il a été sélectionné comme TikTok LGBTQIA Creator Trailblazer pour les États-Unis. Les performances de Norman sur Instagram, qu'il a rejoint en avril 2023, sont peut-être encore plus impressionnantes. Sa communauté de 105 000 fans, qui ne cesse de croître, génère un taux d'engagement de 24,5 % sur les Reels. Dans cet entretien, Norman évoque sa croissance exponentielle en tant que créateur de contenu, sa gestion de la négativité en ligne et ses perspectives d'avenir.

Kevin T Norman assis avec un livre à la main

Booktok et Bookstagram : comment @kevintnorman a conquis les deux

Comment avez-vous débuté en tant que créateur ?

TikTok était une nouvelle plateforme dont tout le monde parlait. En tant que créatif, j’y ai vu une excellente opportunité, car je savais que la plateforme allait devenir de plus en plus populaire. Sur TikTok, il faut trouver son créneau. Un jour, j’ai vu une vidéo sur les livres et je me suis dit : « Oh mon Dieu, j’adore les livres, je peux en parler« . Ensuite, j’ai dû préciser le type de livres dont je voulais parler. Lorsque j’essayais de comprendre ma sexualité et de faire mon coming out, c’est vers les livres que je me tournais pour m’aider à comprendre. J’ai donc décidé de me concentrer sur la littérature queer et diverse, et de créer cette ressource en ligne pour d’autres personnes queer qui cherchent à faire leur coming out, à en savoir plus sur leur sexualité ou simplement à trouver des histoires qui les représentent. Je n’y ai pas pensé, mais j’ai ensuite réalisé une vidéo intitulée « Si vous aimez Call Me By Your Name [d’André Aciman], jetez un coup d’œil à ces autres livres ». Je l’ai postée, je suis allée dîner avec ma mère et le lendemain, cette vidéo avait été visionnée 50 000 fois. Je n’avais jamais vécu une telle expérience. Cela m’a fait réaliser que les gens s’intéressaient à ce genre de choses, alors j’ai commencé à faire d’autres vidéos et le phénomène s’est développé jusqu’à ce qu’il soit devenu ce qu’il est aujourd’hui.

Quelle a été votre expérience sur Instagram ?

J’ai hésité [à me lancer sur Instagram] parce que je ne voulais pas me stresser en essayant de travailler sur deux plateformes. J’ai commencé à poster sur Instagram Reels et ça n’a pas vraiment marché, personne ne les voyait. Mais une vidéo a décollé, puis la suivante, et tout s’est enchaîné. J’ai développé cette communauté en l’espace de quelques mois, ce qui était incroyable.

Ce que j’ai découvert, c’est que j’apprécie en fait Instagram un peu plus que TikTok, uniquement parce qu’il est plus facile de s’engager avec la communauté que vous construisez au quotidien via les Stories, les DM et les sondages. Il est plus facile de construire une communauté alors que sur TikTok, le contenu est toujours diffusé à de nouvelles personnes, donc ce sont toujours de nouvelles personnes qui voient votre contenu, ce qui rend plus difficile la construction d’une communauté.

Remarquez-vous une différence entre les communautés sur TikTok et sur Instagram ?

Il y a beaucoup plus de membres de la génération Z sur TikTok et de Millennials sur Instagram. D’après mon expérience, la communauté sur Instagram est plus positive, alors que sur TikTok, les gens veulent toujours avoir une opinion sur quelque chose. Sur TikTok, on peut recevoir des commentaires vraiment grossiers, ce que je n’ai jamais vraiment reçu sur Instagram. C’est intéressant de voir cette dynamique.

Comment gérez-vous les détracteurs ?

Le contenu que je crée pour moi-même est généralement une safe place. C’est lorsque je fais des parrainages et des publicités payantes que les commentaires sont envoyés à Dieu sait qui. Aujourd’hui, j’ai reçu un commentaire sur l’une de mes vidéos promouvant un livre queer qui disait : « Comment puis-je bloquer ce genre de choses ? Cela n’arrive vraiment que lorsqu’il s’agit de publicités. La plupart du temps, je ne regarde pas, ce n’est pas utile du tout. J’ai eu une très mauvaise expérience lorsque je l’ai entendu. Pendant un certain temps, j’ai censuré des mots de sorte que si les gens disaient certaines choses, leur commentaire n’apparaissait pas. Les gens pouvaient toujours commenter, mais je n’étais pas obligé de les voir. Cela donne aux gens la satisfaction de dire n’importe quelle chose haineuse qu’ils veulent dire et cela me protège de devoir les voir.

Comment l'écosystème du livre se développe-t-il sur les médias sociaux ?

Ce qui a vraiment aidé, c’est la pandémie, parce que beaucoup de gens étaient coincés chez eux et se sont tournés vers la lecture et les médias sociaux. Sur les médias sociaux, ils voient des gens parler de livres et ils se passionnent pour eux. Le phénomène a pris de l’ampleur au fil du temps. C’était un mélange parfait entre ce qui se passait dans le monde, cette nouvelle plateforme et les anciens passe-temps qui se rejoignaient.

Il y a de plus en plus de contenu aujourd’hui. C’est intéressant parce qu’avant, les livres étaient toujours réservés aux intellos ou n’étaient pas cool. Aujourd’hui, c’est cool parce qu’ils le voient sur les médias sociaux et je pense que les gens se sentent plus à l’aise en disant : « Oh, j’aime lire aussi, laissez-moi créer du contenu ». Le phénomène va continuer à se développer.

Combien de livres lisez-vous par semaine ? Vous sentez-vous obligé de lire beaucoup et de publier souvent ?

C’est difficile. Je n’ai pas l’impression de lire autant que certains de mes collègues créateurs. Je suis également un lecteur très lent. J’ai une astuce qui consiste à écouter des livres audio et à lire en même temps que le livre physique, car cela m’aide à me concentrer. Je ressens beaucoup de pression pour lire certains livres qui ne m’intéressent pas forcément, simplement pour pouvoir participer aux conversations et créer du contenu. C’est bizarre parce que parfois je me sens coupable de m’asseoir et de lire parce que j’ai l’impression que je devrais trouver des idées de contenu, filmer ou faire des recherches. Je dois me rappeler que la lecture fait partie de mon travail. C’est normal de prendre le temps de souffler. Ce n’est pas du temps perdu. J’ai parfois du mal à me faire à cette idée.

Comment sélectionnez-vous vos lectures ?

Les éditeurs me contactent s’ils veulent promouvoir un livre et me proposent un accord de marque. Je dis généralement oui parce que ce sont des livres avec lesquels je suis en phase. Ils ont une idée de ce que j’aime lire en fonction de mon contenu. Je reçois beaucoup de livres homosexuels, ce qui est agréable. Si un livre est très populaire – en ce moment, il y a un livre intitulé Fourth Wing dont tout le monde parle – j’ai reçu une copie anticipée de ce livre et je l’ai mis de côté parce qu’on m’envoie beaucoup de livres. Il était intéressant de voir comment ce livre a explosé, ce qui m’a donné envie de le lire afin de participer à la conversation et de comprendre pourquoi il y a un tel engouement. Il est vrai qu’il s’agissait d’un livre dont les prémisses m’auraient certainement donné envie de le lire, mais il n’était pas en tête de mes préoccupations jusqu’à ce que tout le monde se mette à en parler.

Vous êtes un militant LGBTQ+ et vous avez également abordé vos problèmes de santé mentale dans vos articles ; comment abordez-vous ces questions très personnelles et qu'espérez-vous obtenir ?

J’aime être aussi vulnérable que possible sur mes plateformes, pour que les gens sachent que je suis un être humain à part entière. Nous avons des luttes similaires et la plupart des gens n’en parlent pas. En tant qu’écrivain, j’ai toujours voulu aborder ces questions dans mes poèmes. Cela me semble juste d’en parler parce que lorsque j’ai fait mon coming out, je n’avais pas de personne queer vers qui me tourner, qui pouvait me guider ou me servir de mentor, ou simplement me montrer que la vie peut être « normale », entre guillemets. J’ai toujours été passionné par la communauté LGBTQ+ et la narration. J’ai le sentiment que le fait de disposer d’une plateforme implique également la responsabilité de parler de ces questions. C’est la meilleure chose à faire.

Pas de regrets ? Ce n'est pas rien de se mettre en avant...

C’est effrayant. Il y a des moments où je me dis « personne ne comprend ce que je dis ». Il y a eu un moment – je ne l’ai pas regretté parce que je défendais toujours quelque chose – mais le retour de bâton que j’ai reçu a été dur. Mais non, pour l’essentiel, je ne regrette rien.

Comment décidez-vous de ce que vous voulez partager ? Est-ce que c'est juste l'instinct ?

En quelque sorte. Je ne partage pas tout. J’ai des limites à ce que je pense être juste de partager. La santé mentale : J’ai pensé qu’il était important de partager cela parce que cela permet aux gens de mieux comprendre qui je suis, d’où je viens et certaines des luttes auxquelles je suis confrontée.

Sur des questions telles que quelqu’un qui brûle des livres sur les homosexuels, je dois m’exprimer, je ne vais pas rester silencieuse. Il y a d’autres moments où ma voix ne devrait pas être la plus forte dans la pièce, et je prendrai un peu de recul pour aider à élever d’autres voix. Lorsqu’il s’est agi du Trans Rights Readathon sur TikTok, je n’allais pas faire une vidéo pour parler des problèmes de la communauté trans, mais j’ai plutôt reposté d’autres créateurs trans qui en parlaient, laissaient des commentaires et des choses comme ça, parce que ce sont ces voix-là que nous devrions entendre en ce moment. Il s’agit simplement de faire preuve de discernement pour savoir quand il est approprié d’intervenir [dans la conversation] et quand ce n’est pas le cas.

Quelle est votre vision de l'avenir ? Pensez-vous continuer à être un créateur ?

Ce parcours a été mouvementé. C’est l’une de ces choses où je continue à franchir les portes qui s’ouvrent à moi. L’année dernière, TikTok a choisi 12 personnes des États-Unis comme pionniers LGBTQ+ (qu’ils appellent maintenant Visionary Voices), et j’étais l’un d’entre eux. J’ai été choqué parce que je ne faisais que des vidéos sur des livres dans mon appartement. Parfois, en tant que créateurs, nous ne voyons pas l’impact que nous avons sur les autres.

Parce que je connais si bien TikTok, j’ai récemment trouvé un emploi dans la création de contenu pour une agence de publicité. J’ai vraiment envie d’écrire davantage et de publier à l’avenir. Cependant, c’est l’une de ces choses où je vois simplement où cela me mène. Jusqu’à présent, j’ai un emploi à temps plein et je peux toujours conclure des contrats avec des marques. Je ne sais pas ce qui m’attend, mais si vous m’aviez posé la question il y a un an, je n’aurais pas prédit ce que je fais aujourd’hui.

A propos de Kolsquare

Kolsquare est la première plateforme européenne de marketing d’influence, une solution axée sur les données qui permet aux marques de développer leurs stratégies de marketing d’influence et de mettre en œuvre des partenariats authentiques avec des créateurs de contenu.Grâce à notre technologie, les professionnels du marketing peuvent identifier les meilleurs profils de KOL, gérer entièrement leurs campagnes de KOL Marketing, mesurer leurs résultats et comparer leurs performances aux meilleures pratiques. Kolsquare propose à des centaines de clients (Coca-Cola, Danone, Publicis, Orange, Sézane, Decathlon, etc.) les dernières technologies de Big Data, d’IA et de Machine Learning pour activer des partenariats inspirants et authentiques avec quelque 3 millions de KOLs (Key Opinion Leaders) ayant plus de 5 000 followers dans 180 pays, sur Instagram, TikTok, Twitter, Facebook et YouTube.En tant que Benefit Company depuis 2020, l’influence responsable est dans notre ADN et se trouve au cœur de tous nos partenariats avec les clients, les KOL et les fournisseurs.

Influencer Marketing Newsletter

Ne manquez rien avec notre newsletter !